Simon DANIELLOU & Antony FIANT (dir.)

LES VARIATIONS

HONG SANG-SOO

préface de Claire Denis

 

En une vingtaine d’années et autant de films, Hong Sang-soo s’est imposé comme l’un des auteurs les plus singuliers du cinéma contemporain. Dépeignant avec acuité les affects et les atermoiements de ses « congénères » aux prises avec les affres de la passion amoureuse, ses films se sont constamment démarqués au sein de la production cinématographique sud-coréenne par une forme aisément identifiable et le choix de thématiques récurrentes. Son œuvre, qui s’enrichit de nouveaux opus à un rythme toujours plus soutenu, n’en témoigne pas moins d’une évolution artistique certaine que viennent souligner de multiples récompenses et rétrospectives dans les festivals du monde entier. D’une exemplaire économie de moyens semblent découler une invention narrative et une esthétique toujours plus assurée dans sa discrétion même. Tenter d’appréhender les spécificités de cette œuvre dont l’évidence est aussi admirable que déroutante, se présente ainsi comme une nécessité. Pour ce faire, Les Variations Hong Sang-soo, décliné en deux volumes, se propose de réunir les contributions d’une douzaine de critiques ou universitaires et de donner la parole à certains des proches collaborateurs du cinéaste, ou à ceux qui ont œuvré à la diffusion de ses films en France et en Corée. Cette double approche doit permettre de dessiner les contours d’une poétique propre à cet artiste, de cerner la singularité de sa méthode, les spécificités de son style ou encore ses audaces dramaturgiques, tout en précisant le rôle de ceux qui accompagnent son processus de création.

 

 

256 pages //  14 x 20 cm // isbn 978-2-918193-40-1 //

21 euros // janvier 2018

avec les contributions de Jacques Aumont, Simon Daniellou, Catherine Ermakoff, Antony Fiant,

Park Heui-tae, Romain Lefebvre, Mathieu Macheret, Frédéric Monvoisin, Frédéric Sabouraud,

Jean-Charles Villata

« Alors que vient de sortir Seule sur une plage la nuit en attendant La Caméra de Claire dans quelques semaines, alors que Hong Sang-soo tourne depuis vingt ans et désormais à une moyenne ébouriffante de deux ou trois films par an,

il était sans doute l’heure de publier un ouvrage d’analyse de son cinéma.

C'est l'idée simple qu'ont eu les universitaires Simon Daniellou et Antony Fiant en dirigeant Les Variations Hong Sang-soo, recueils de textes consacrés à l’art du rohmérien Coréen. »

Serge Kaganski, Les Inrockuptibles, 19 janvier 2018

« Le premier livre en français consacré à Hong Sang-soo, dont la lecture est absolument passionnante. »

Michel Ciment, dans « Le Masque et la plume », France Inter, 14 janvier 2018

« Ce début 2018 est marqué, pour les cinéphiles, par deux événements importants. D’une part la sortie en salles de Seule sur la plage la nuit, l’un des plus beaux films de son auteur. D’autre part, la parution des Variations Hong Sang-soo, un ouvrage collectif d’une rare intelligence. »

Jean-Christophe Ferrari, introduction au dossier de la revue Positif, janvier 2018

« Le cinéma de Hong Sang-soo ressemble à une jungle cinématographique dans laquelle il est aisé de s’égarer. Il était donc très pertinent d’aborder ces variations par une courte préface signée par Claire Denis. Avec clarté, elle décrit sa fascination pour l’œuvre du maître coréen en remettant en cause la supposée improvisation de ses réalisations. C’est d’ailleurs l’une des grandes vertus de cet essai exigeant que de contrer les idées simplistes comme celle qui consiste à comparer de manière automatique Hong Sang-soo à Éric Rohmer. Luttant contre l’autre cliché selon lequel ses films seraient « mineurs par leur ambition de surface », les auteurs déploient un argumentaire audacieux. […] »

Extrait du compte rendu de Vincent Thabourey, revue Positif, janvier 2018

« Ces Variations Hong Sang-soo, vol.1 (le vol.2 verra l’an prochain une collection d’entretiens, notamment avec des collaborateurs du cinéaste) peuvent se voir comme un premier bilan et une synthèse du travail de recherche effectué depuis plusieurs années sur un cinéma dont la diversité des angles d’attaque est remarquable. Simon Daniellou et Antony Fiant ont ainsi réuni, suite à la préface de Claire Denis, des textes d’approches et de styles différents, au travers néanmoins de deux directions paraissant incontournables : le rapport de HSS à la notion de « réel » dans un premier temps, l’exploration des différences et répétitions ensuite, s’agissant d’une œuvre régulièrement captée via les prismes de l’atomisme, des plis, de la fragmentation. (…) »

Extrait du compte rendu de Guillaume Bryon, Culturopoing.com